Climat

Le climat de Lanzarote peut être classé désertique selon le facteur de pluie de Lang, hyper-aride selon l’indice de Martonne, et méditerranéen semi-aride subtropical selon le classement de Papadakis.

La température moyenne de la zone géographique est de 20 °C, avec des variations thermiques entre les mois les plus froids et les plus chauds, la différence moyenne de température entre janvier et août étant d’environ 7 °C.

Sur cette île, le contraste thermique diurne peut atteindre 17 °C au cours d’une même journée, des variations entre le jour et la nuit typiques des régions désertiques.

La précipitation moyenne annuelle est inférieure à 150 mm. Quant à la variation saisonnière, le mois le plus pluvieux est décembre, les précipitations annuelles ayant majoritairement lieu entre novembre et mars et sont pratiquement nulles entre juin et août.

En raison du manque de barrières géographiques et de l’influence des vents alizés et des brises marines, le vent est un facteur caractéristique de Lanzarote en particulier. Il est presque constant toute l’année et donne lieu à certaines pratiques agricoles typiques de Lanzarote.

Le sens prédominant du vent est N-NE et sa concentration et sa vitesse maximales ont lieu en été, où les vents alizés sont les plus intenses, la vitesse moyenne annuelle oscillant entre 5 et 7 m/s./span>

L’humidité relative en tant que variable climatique peut être considérée comme relativement élevée, avec une moyenne annuelle allant jusqu’à 69 %, d’importantes variations saisonnières et des valeurs maximales de 72 % au cours des mois aux moyennes les plus hautes (décembre et janvier) et des minimales de 66 % pendant les mois aux moyennes les plus basses (avril et mai).

Les variations journalières sont également importantes, avec des valeurs maximales supérieures à 80 % à l’aube et des minimales inférieures à 40 % à midi, aux heures d’ensoleillement maximum.

La faible nébulosité tout au long de l’année favorise le nombre d’heures d’ensoleillement, avec une moyenne de 7,8 h/jour. Il existe toutefois des variations en termes de nombre d’heures d’ensoleillement en fonction des saisons, les maximales ayant lieu en été (9,5 h/jour), les valeurs intermédiaires au printemps et en automne (8 h/jour et 7 h/jour respectivement) et les minimales en hiver (6 h/jour) (source : AEMET, 2010).

Les températures élevées, l’influence des vents et les hautes valeurs d’ensoleillement déterminent un taux d’évaporation moyen annuel en cuve évaporimétrique d’environ 1 800 mm, et de près de 960 mm avec la méthode de Thornthwaite, ces variations entre le jour et la nuit étant caractéristiques des régions désertiques.