Lanzarote

Lanzarote est l’île la plus à l’est de l’archipel des Canaries. Elle se trouve entre les latitudes 28°14’ et 28°49’ N et les longitudes 7°13’ et 7°41’, à 1 000 km du sud-ouest de la péninsule ibérique et à environ 100 km à l’ouest du Maroc.

La climatologie de Lanzarote se caractérise principalement par son aridité, du fait de sa faible altitude et de son orographie homogène, qui empêchent d’atteindre la couche d’inversion de l’alizé et donc d’intercepter la mer de nuages et l’humidité qui en découle, comme c’est le cas dans la plupart des îles Canaries. À moindre échelle, l’orientation et la proximité géographique du continent africain sont d’autres facteurs qui déterminent l’aridité de certaines zones de l’île.

La culture de la vigne se développe dans les zones où le sol a été recouvert d’une couche très épaisse de lapilli..

Ces conditions se sont produites dans des zones proches de cônes d’émission, notamment celles qui ont eu lieu entre 1730 et 1736. La façon de développer la culture consiste à creuser un trou d’environ 3 m de diamètre et de 2-2,5 m de profondeur pour atteindre la surface du sol enterré, où la vigne est plantée avec des systèmes radiculaires profonds. Le trou est souvent accompagné d’une structure en pierre qui sert de coupe-vent pour protéger la plante. Ces deux éléments composent ainsi le paysage viticole typique de Lanzarote, qui prend toute sa splendeur à La Geria.

Ce modèle de culture ne permet pas l’utilisation de machines ; les tâches sont donc effectuées manuellement. Cela empêche également l’emploi de densités de plantation hautes, et le faible rendement que cela implique ; la production est donc basse, mais de qualité.

Les vins de l’appellation d’origine Lanzarote se caractérisent par leur goût volcanico-minéral prononcé, en parfait équilibre avec leur acidité relativement élevée

Il existe de nombreuses variétés de vignes avec une prédominance de cépages blancs, le malvoisie volcanique en étant le principal représentant. Il s’agit d’une variété autochtone, majoritaire dans l’appellation d’origine Lanzarote, parfaitement adaptée aux conditions édapho-climatiques de l’île, et dont le binôme acidité-goût volcanico-minéral vient déterminer par extension le signe distinctif de ses vins.

Il ne fait aucun doute que dans un climat subdésertique comme celui de Lanzarote, accentué par les vents sahariens brûlants et la terre volcanique, le développement de la viticulture en tant qu’être vivant requiert acuité, détermination et originalité. Raison pour laquelle il s’agit des vignobles les plus singuliers de la géographie espagnole, certains enterrés dans des trous en forme d’entonnoir pour que les racines trouvent une terre fertile, d’autres protégés des vents par des murets semi-circulaires en pierre volcanique, mais tous amortis par une couche de cendre volcanique (lapilli ou picón) pour retenir l’humidité ambiante.

Cette forme de culture rend viable la survie des vignes sur un sol volcanique et a permis la présence d’une variété autochtone, le malvoisie volcanique, ainsi que l’adaptation d’autres cépages, pour obtenir des vins avec un équilibre volcanico-minéral-acidité parfait qui constitue le signe distinctif du vin de Lanzarote.